Pourquoi Monaco peut-il conserver son titre ?

glikmonaco

Kamil Glik, célébré par Jemerson et Guido Carrillo et auteur du troisième but de Monaco contre Toulouse lors de la première journée de Ligue 1 (victoire 3-2)

Ce vendredi 4 août face à Toulouse, le champion en titre monégasque a donné le coup d’envoi d’une saison de Ligue 1 qui s’annonce palpitante. La chute du PSG l’an passé, l’arrivée d’entraîneurs de grande renommée (Bielsa, Ranieri), Nice qui s’offre Wesley Sneijder, et bien sûr la venue de la mégastar brésilienne : Luiz Gustavo. Mais le sacre de l’AS Monaco au printemps dernier n’empêche pas le PSG de partir comme ultra-favori pour la première place. La faute à un été très différent selon si l’on se trouve dans la capitale ou sur le rocher. Et pourtant, il faudrait être naïf pour penser que l’AS Monaco ne peut pas conserver son titre.

Recrutement ciblé, automatismes inchangés

Benjamin Mendy, Tiémoué Bakayoko et Bernardo Silva ont quitté Monaco pour traverser la Manche, direction la Premier League. De quoi faire tanguer le navire ? Que nenni. L’AS Monaco sait recruter et a parfaitement ciblé les joueurs qu’il lui fallait pour remplacer les partants. Terence Kongolo arrière gauche, Youri Tielemans relayeur et Rony Lopes en lieu et place de son compatriote portugais, sur le flanc droit. L’inquiétude sur le très court terme réside dans le fait qu’il sera difficile pour ces trois joueurs d’être immédiatement au niveau de leurs prédécesseurs respectifs, sauf peut-être pour Tielemans qui a envoyé des signaux très positifs en matches amicaux et lors du Trophée des Champions contre le PSG (défaite 2-1). Rony Lopes, lui, n’aura pas à souffrir de temps d’adaptation au championnat français puisqu’il sort d’un prêt d’un an et demi au LOSC. Sa vision du jeu, sa technique et sa qualité de passe devraient rapidement faire oublier le petit magicien qu’était Bernardo Silva. Bien sûr, un départ de Kylian Mbappé aurait un impact retentissant sur la saison à venir de l’ASM et ses espoirs de titre. Mais s’il se confirme, il pourra être relativisé par les nombreuses semaines d’attente qui auront permis au club de trouver un remplaçant pour panser au mieux ce coup dur. Kasper Dolberg, 19 ans, 48 matches la saison passée pour 23 buts et 10 passes décisives avec l’Ajax Amsterdam, pourrait facilement se laisser tenter s’il souhaite goûter à la Ligue des Champions. La conséquence d’un recrutement au poil : des automatismes toujours présents dans le 4-4-2 de Leonardo Jardim. Monaco a les muscles qui ont faibli mais a protégé sa colonne vertébrale en conservant ses cadres (Subasic, Glik, Fabinho, Falcao).

Jardim va encore faire du bon boulot

L’AS Monaco a vendu certains de ses meilleurs joueurs cet été. Inquiétant ? Non, car c’est presque une habitude. Voici quelques cadres de l’équipe qui ont quitté le club de la principauté depuis 3 ans : Layvin Kurzawa, Yannick Ferreira-Carasco, Anthony Martial, Geoffrey Kondogbia, James Rodriguez. On pourrait même ajouter Valère Germain à la liste, lui dont le remplaçant a été trouvé en cours de saison dernière. Car c’est bien ça, la force de Monaco : aucun départ n’a blessé le club. En fait, malgré des mercatos en apparence difficiles, Monaco a toujours fait mieux la saison suivante. Désormais, l’exploit serait de faire aussi bien. Mais on peut compter sur la cellule de recrutement ainsi que l’expertise de Jardim pour conserver l’équilibre et faire éclore de nouveaux talents. Le coach portugais est parvenu à mener son équipe du tour préliminaire de la Ligue des Champions à une demi-finale, une finale de Coupe de France et un titre de champion. Tout cela en incorporant Kylian Mbappé au onze titulaire. A qui le tour maintenant ? Almamy Touré, arrière droit qui attend son tour depuis 3 ans ? Le défenseur brésilien Jorge, débarqué de Flamengo ? Jordi Mboula, 18 ans, attaquant sorti du centre de formation du FC Barcelone ? Avec un début de saison moins éprouvant que le dernier car une qualification en coupe d’Europe déjà acquise, ainsi qu’une équipe et un groupe qui a déjà sa forme finale, Leonardo Jardim peut souffler et poursuivre son travail sans l’urgence de résultats.

Le PSG n’a jamais eu autant la pression

La perte du titre, l’élimination cataclysmique en Ligue des Champions et l’arrivée de Neymar pour un montant qui peut être traduit par « nananananère » aux directeurs du fair-play financier, le Paris Saint-Germain croule sous une montagne de pression. Tellement qu’on s’inquiète de voir que Neymar n’a toujours pas marqué sous ses nouvelles couleurs. Il est inimaginable que le titre de champion de Ligue 1 échappe de nouveau aux Parisiens, et un mauvais début de saison n’augurerait rien de bon concernant l’avenir d’Unai Emery au club. Paris doit être champion. Et très tôt, si possible. Et il doit aller loin en Ligue des Champions. Une demi-finale au moins. C’est la moindre des choses quand on a « le meilleur joueur du monde » dans son effectif dixit Nasser Al-Khelaïfi, non ? Le club de la capitale n’a pas le droit de se planter, sans quoi des têtes pourraient tomber. Tant d’attente pourrait donner la tremblote à des gardiens (Alphonse Areola et Kevin Trapp) qui ont le plus grand mal à rassurer leur défense depuis un an. Une affaire qu’il serait bon de classer, tout comme celui de la concurrence en attaque. Si Neymar et Cavani n’ont pas à s’inquiéter, que doivent penser Draxler, Di Maria, Pastore, Lucas et Guedes ? Dossier épineux pour Emery. Le coach basque aura du mal à aligner plus e quatre joueurs offensifs à la fois et il fera des déçus. Surtout, les mauvais résultats pourraient entraîner une baisse du moral et une mauvaise atmosphère au club. La gestion du collectif et des cas individuels sera particulièrement complexe pour Unai Emery, et la moindre erreur pourrait provoquer un effet boule de neige. Pendant ce temps, Monaco devra assurer en Ligue 1 pour rester dans la course au titre le plus longtemps possible, garder un œil sur d’éventuels prétendants à une seconde place (Nice, Marseille, Lyon ?) et faire de son mieux en Ligue des Champions. Personne ne s’offusquera d’une élimination en huitièmes de finale par Manchester City. C’est normal, Benjamin Mendy et Bernardo Silva ont changé de camp.

Monaco est devenu champion mais a laissé la pression du titre au PSG en réalisant un mercato estival plus vendeur qu’acheteur, dans la lignée de ces derniers étés. Monaco vend mais conserve de nombreuses forces, tout en palliant au mieux les départs. Est-ce que Monaco est favori pour le titre ? Absolument pas. Est-ce que Monaco peut conserver son titre ? Bien sûr. Mais il faudra sûrement un petit coup de pouce du destin pour cela.

Publicités

Laisser un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s