Mbappé au PSG : le jeu en vaut-il la chandelle ?

silva_mbappe_01042017

Thiago Silva au duel face au jeune attaquant Monégasque lors de la finale de la Coupe de la Ligue 2017

La France entière est suspendue aux lèvres d’un garçon de 18 ans qui ne s’exprime pourtant pas. En plus d’être muet devant les micros et sur les réseaux sociaux où il ne communique plus que par émojis, Kylian Mbappé est de plus en plus difficile à trouver avec des crampons, tantôt sur le banc, tantôt absent du groupe pour le « protéger » dixit son entraîneur Leonardo Jardim. Le jeune joueur ne se voit plus à Monaco et veut signer au PSG, mais le club de la capitale a du mal à trouver un accord avec celui de la principauté. Mais une arrivée de Kylian Mbappé à Paris est-elle vraiment une bonne nouvelle pour le club ? De nombreux arguments viennent défendre les pour et les contre. Synthèse d’un éventuel transfert aux lourdes conséquences.

Un saut périlleux financièrement

180M€. Le prix d’Mbappé n’est pas à débattre pour les dirigeants monégasques, et encore moins avec un concurrent direct pour le titre. Le transfert de Neymar pour 222M€ a donné des sueurs froides aux supporters du PSG qui se demandaient comment leur club de cœur pouvait dépenser une telle somme tout en évitant une sanction dans le cadre du fair-play financier (et une interdiction de participation à toute Coupe d’Europe). Si les doutes ont été éclipsés un peu par les ventes de Matuidi (20M€) et Augustin (16M€) et beaucoup par le talent éblouissant du Brésilien, ils reviendraient plus fort que jamais en cas d’arrivée d’Mbappé. A moins que Nasser Al-Khelaïfi ait réalisé un montage financier juridiquement imparable lui permettant de dépenser à volonté, le PSG va devoir vendre. Beaucoup vendre. Les départs de Guedes, Ben Arfa et Krychowiak ne suffiraient pas, Paris devrait lâcher des cadres ou vendre des remplaçants (Meunier ? Lucas ?) qui pourraient lui manquer en cas de blessure de longue durée d’un titulaire. On peut malgré tout penser que le Paris Saint-Germain fera ses comptes correctement et ne sera jamais privé d’une participation à la Ligue des Champions pour avoir oublié un chiffre en tapant sur sa calculatrice. QSI n’a aucun intérêt à (s’)investir autant pour se retrouver à jouer la Ligue 1 et les coupes nationales, c’est pourquoi il est peu probable que les dirigeants ne soient pas certains à 100% de la fiabilité de leurs actes. Mais comme dit précédemment, le transfert d’Mbappé prendrait une énorme place d’un point de vue économique, d’où l’obligation de l’amortir en dégraissant l’effectif.

Quels départs pour équilibrer les comptes ?

Avant de connaître le sort de Gonçalo Guedes, qui pourrait être prêté à Valence pour la saison, le PSG a économisé 60M€ cet été en additionnant les départs et salaires (dont celui de Jesé, 4M€ annuels, prête à Stoke City) qui ne leur seront plus facturés. Celui de Guedes (3,6M€ annuels) ne remboursera pas le prix d’Mbappé. En considérant que Paris se débarrassera de ses indésirables que sont Krychowiak, Ben Arfa et Aurier, le total avoisinerait les 17M€ annuels (77M€ sur tout l’été). Même en négociant au mieux avec les clubs acheteurs, les indemnités de transferts ne feront pas rentrer le PSG dans les clous du fair-play financier. Qui pourrait donc quitter le club pour garder l’équilibre ? Logiquement, il s’agirait de joueurs appartenant au secteur offensif qui se retrouverait bouché par un trio Neymar – Cavani – Mbappé, dans lequel un quatrième joueur peut rêver s’intercaler. Lucas (5,4M€/an) et Pastore (près de (8,5M€/an) apparaissent bankables bien qu’ils n’aient aucune envie de départ à l’heure actuelle. Angel Di Maria, lui, soulagerait grandement Paris avec son salaire de près de douze millions d’euros par an. Sinon, il faudra se résoudre à vendre des jeunes joueurs prometteurs comme Draxler, Meunier (unique doublure de D.Alves) ou même Presnel Kimpembe. Oui, cela paraît fou, mais acheter deux joueurs pour 400M€ ne serait pas moins fou. A moins d’une gestion exceptionnelle, Paris aura des pertes sportives. Cela en vaut-il le coup ? Paris a-t-il vraiment besoin d’Mbappé ?

Problématique à court terme, coup de génie à long terme ?

Il est fort probable que Kylian Mbappé soit le nouveau visage de l’Équipe de France et le leader offensif des Bleus pour les années (voir la décennie) à venir. Si le PSG parvient à s’offrir le futur meilleur joueur français et à s’assurer sa présence sur le long terme, il s’agirait là d’une des plus grandes réussites du club sous l’ère qatarienne, essentiellement au niveau de son image. Mbappé pour la France, Neymar pour le monde. D’un point de vue sportif, y a-t-il besoin de discuter ? Le talent de l’attaquant monégasque est indéniable, son insouciance épatante. Le seul doute pouvant subsister serait sur son entourage et sa capacité à digérer cet été difficile. En cas de mauvais débuts ou du moindre dérapage, il est certain que la presse ne l’épargnera pas. Mbappé en lui-même apporterait des bénéfices et une réussite à tous les étages, mais les conséquences de son arrivée pourraient impacter négativement l’équipe à court terme. Non seulement cela provoquerait des départs, mais Unai Emery pourrait aussi être embêté pour l’incorporer au plan de jeu actuel. Prendrait-il la place d’Angel Di Maria ? Si oui, pas certain que l’Argentin accepte une mise sur le banc (et pas simple de lui trouver une porte de sortie convenable en quelques jours). Pas sûr non plus que Julian Draxler accepte de passer 4ème dans la hiérarchie des ailiers. A moins qu’Emery installe un système à deux attaquants de pointe ? Mais dans un tel cas de figure, pas sûr que la réussite accompagne immédiatement un tel bouleversement, ni que le vestiaire s’en réjouisse. Et Neymar serait-il aussi épanoui que dans le 4-3-3 qui lui a permis de réaliser deux excellentes prestations contre Guingamp et Toulouse ? A 180M€, ça fait cher les casses-têtes. Mais après tout, le PSG doit-il faire de Kylian Mbappé sa priorité ?

Les pistes Fabinho et Oblak moins crédibles

En plus de dépenser près de 400M sur deux joueurs, Paris aimerait faire sauter la clause libératoire de 100M€ de Jan Oblak pour avoir un gardien digne de ce nom. Et quitte à faire ses courses à Monaco, autant prendre Fabinho, que l’ASM va sûrement brader pour l’offrir à un concurrent. Le fair—play finanquoi ? Même en ajoutant Trapp ou Areola dans la liste des départs, il semble inenvisageable que le PSG puisse réaliser de tels transferts tout en gardant un équilibre financier. Les achats seront plus forts que les ventes. Il est vrai que le fair-play financier autorise une marge de 30M€, mais de là à penser que le club parisien sera dans cette fourchette au terme du mercato, il n’y a qu’un pas que seul Nasser Al-Khelaïfi semble prêt à franchir. Si l’on revient au sportif, on peut s’accorder pour dire que le PSG n’a pas nécessairement besoin d’Mbappé (encore moins à ce prix-là). Malgré son infini potentiel, le garçon n’a quasiment rien prouvé au plus haut niveau à côté d’un Di Maria, qui semble reprendre des couleurs depuis l’arrivée de Neymar. Si Paris veut un jeune joueur offensif disposant d’une marge de progression, Draxler (24 ans en septembre) est là. En revanche, le poste de sentinelle détenu par Thiago Motta n’est pas assuré alors que ce dernier dispute certainement sa dernière saison au club. Fabinho est une excellente idée, mais Mbappé doit-il passer en priorité ? Cela vaut aussi pour le poste de gardien. Et le PSG n’a toujours pas recruté un quatrième défenseur central en dépit des rumeurs insistantes concernant l’espoir argentin Juan Foyth (19 ans). Le PSG a probablement besoin de recruter avant le vendredi 1 septembre, mais pas forcément en attaque, ou du moins pas un tel joueur. Il est vrai que Cavani n’a toujours pas de véritable remplaçant, mais Paris avait certainement la possibilité de prendre un avant-centre moins encombrant et moins cher.

Le jeu en vaut-il la chandelle ? Seuls les résultats nous le diront. Si Mbappé et Neymar ramènent la coupe aux grandes oreilles à Paris, le PSG ricanera au nez de ceux qui l’accuseront d’avoir déréglé le marché et célébrera le fait d’avoir détrôné le Real Madrid de Zidane. La mairie de Paris se félicitera de cette jeunesse incarnée par le gentil Kylian et de voir le sport rayonner dans la ville qui accueillera les Jeux Olympiques en 2024. Neymar deviendra le deuxième joueur (après Jean-Pierre Papin en 1991) à être élu Ballon d’Or en évoluant dans un club français. Mais le PSG pourrait aussi se retrouver puni par l’UEFA pour ses transferts colossaux. En cas d’interdiction de participation à toute compétition européenne, nul doute que les meilleurs joueurs quitteraient le navire avant qu’il ne soit trop tard. Pas sûr que les dirigeants qatariens ne s’engagent à reconstruire l’équipe. Et si Paris s’en sort devant le FPF mais ne remporte pas rapidement la Ligue des Champions, le complexe d’infériorité devant les plus grands clubs s’étoffera, les railleries monteront de part et d’autre et la direction se tapera la tête sur la table en se demandant ce qu’ils peuvent faire de plus pour aller chercher le plus beau des trophées. En attendant, les éclairs de génie de Neymar continueront de faire naître des étoiles dans les yeux des personnes se réunissant au Parc des Princes.

Publicités

Laisser un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s